Venise - côté pratique.

4 juin 2018

https://ldmailys.blogspot.com/2018/06/venise-cote-pratique.html

Au début du mois de mai, nous sommes allés passer une semaine en amoureux à Venise. Je n'attendais rien de spécial de cette ville dont tout le monde parle comme d'une merveille du monde. J'avais lu que toutes les personnes qui y mettaient les pieds en revenaient charmées, amoureuse de la ville et avec la hâte d'y retourner. J'avais donc hâte d'aller à mon tour découvrir « la Sérénissime ».

Premièrement, j'ai découvert que Venise n'était pas seulement cette fameuse île connue. Venise s'étend également sur la terre ferme et sur les petites îles alentours, qui font partie de la lagune vénitienne (retrouvez mes articles sur Murano et Burano).

Je suis partie avec en poche, Le Routard de Venise (9,90€), que j'avais pris soin de lire avant (certaines informations n'étaient plus d'actualités mais il nous a quand même été super utile)

Bon à savoir : il y a très peu de verdure à Venise. Vous croiserez quelques arbres, quelques fleurs, quelques buissons (généralement dans les habitations) et vous trouverez un grand jardin dans le quartier de Castello (Giardini) mais c'est tout. Il n'y a pas de décalage horaire.


- Comment se rendre à Venise ? 

En avion, depuis Genève il y a environ 1h30 de vol. A la base nous devions partir dimanche soir, mais notre vol a été annulé et nous sommes donc partis seulement lundi matin et sommes arrivés en tout début d'après-midi. Ensuite, depuis l'aéroport vous avez des bus et des trains qui vont jusque sur Venise. 

Vous pouvez aussi vous y rendre en voiture (environ 6h de route depuis Annecy), les voitures sont autorisées jusqu'au parking au niveau du port. Sur le Lido, il y a aussi la possibilité de rouler en voiture, mais l'île ne fait que 12km et il est préférable de se déplacer en vélo. 

Pour se déplacer à Venise vous n'aurez pas beaucoup de choix : vos jambes et les vaporettos. On en a pris le moins possible, déjà parce que c'est moins agréable que de marcher, c'est bruyant et j'ai le mal de mer. Les vaporettos passent à la même fréquence que les tramways ou les métros à Lyon ou à Paris, il faut juste faire attention au sens dans lequel arrive le bateau parce que sinon vous risquez de vous retrouver dans la direction opposée (il n'y a pas un arrêt d'un côté et un arrêt de l'autre, les bateaux arrivent tous au même endroit mais le conducteur dans un sens ou l'autre).

Conseil si vous y allez 4 jours : prenez un pass  3 jours avec la Rolling Venice Card (uniquement si vous avez moins de 29 ans), cela vous coûtera environ 32€ par personne (avec la réduction de la Rolling Venice) et un pass 1 jour (à prendre le plus tard possible en fonction de votre heure de retour) à 26€/ personne. Les trajets vers l'aéroport sont compris dans ces tarifs. 

Si vous prenez les tickets au fur et à mesure de vos trajets, vous risquez d'en avoir pour plus cher car un aller simple coûte 7,50€ et est valable qu'une heure. Les trajets vers la gare coûtent 8€/ personne et par trajet. Pour nous qui prenions les vaporettos matins et soir pour nous rendre sur le Lido, le choix était vite fait. Pour les horaires et les lignes de Vaporettos, je vous conseille le site E-Venise qui n'est pas très bien fait mais qui à le mérite d'être juste, mis-à-jour et compréhensible.

Vous pouvez aussi vous offrir un tour en gondole, mais comptez entre 80€ et 100€ pour entre 20 et 45minutes. Pour notre part, nous avons fait impasse là-dessus ! 

 
- Côté logement : 

Les tarifs entre le centre de Venise et le Lido sont très peu différents, mise à part le fait qu'en plein centre pour le même tarif nous n'avions pas une salle d'eau privative. Dans tous les cas, il vous faudra compter 80€ par nuit si vous voulez un minimum de confort et d'intimité. Sinon, vous pouvez aussi loger sur la terre ferme, vers Venise Mestre ou même plus proche, les tarifs sont clairement plus bas mais il vous faudra prévoir un budget pour les transport. 

 
- Visites : 

Il existe de nombreux pass pour les musées et pour les églises de Venise, car à Venise, tout est payant ! Nous n'avons pris aucun pass, si ce n'est la Rolling Venice Card qui nous permettait d'avoir des réductions (mais nous nous les sommes vus refusés aux Campaniles, au musée de la basilique San Marc et à d'autres endroits également). Si vous comptez visiter toutes les églises et entrer dans tous les musées de Venise, il peut être intéressant de prendre ces pass. Nous n'en avons pas eu besoin et je ne pense pas que ça nous soit revenu bien plus chers. Les entrées dans les églises sont d'environs 3/5€. Pour les musées il faut compter entre 5 et 10€.

- Combien de temps pour visiter Venise ? 

Nous avons eu 4 jours et demi, et c'était largement suffisant. Vous passez sans difficultés d'un quartier à un autre à pieds et Venise même ne nécessite pas plus de 2/3jours à conditions de faire de bonne journée. Comme toujours lorsque je suis en vacances, j'étais réveillée au plus tard à 8h et nous rentrions généralement vers 18h, donc nous faisions de bonne journée. Le mercredi complet a été consacré à Murano et Burano (une journée est suffisante pour ces deux îles). Pour le vendredi nous sommes partis vers environ 17h de Venise car notre vol était à 19h. 

Si vous prévoyez un peu plus, faites le Lido en vélo et l'île de Torcello. L'île de San Michele est en réalité le cimetière de Venise donc pas forcément très glamour à visiter.


- Venise et les enfants : 

Venise est une catastrophe pour les poussettes (ou même les fauteuils roulants d'ailleurs). Ce n'est absolument pas adapté. Dans les lieux les plus fréquentés quelques aménagements sont prévus pour les ponts, mais sinon il vous faudra monter les marches avec la poussette pour tous les autres. De plus, il n'est pas évident de déambuler dans les foules et dans les petites ruelles avec la poussette. Les rues sont souvent pavées. Si vous y allez avec des bébés, prévoyez le porte-bébé, sinon ça risque de vite devenir pénible pour vous. 

Il n'y a aucune verdure à Venise (sauf Giardini), vous êtes en plein soleil toute la journée. Pour les plus petits, sachez qu'il faut énormément marcher, vous pouvez prendre les vaporettos pour vous rendre d'un endroit à un autre mais dans les quartiers eux-mêmes il n'y a pas d'autre choix que de marcher puisque même les vélos ne sont pas autorisés. 


- Comment faire des économies sur la nourriture ?

Clairement, nous avons mangé des pâtes et des pizzas pendant une semaine mais « c'est pas grave avec tout ce qu'on marche de toute manière, on les élimine vite » (pour ne pas culpabiliser)

Pour le soir, nous avions à disposition une cuisine, on a donc fait quelques courses pour  3 soirs sur 4 (deux sachets de pâtes, desserts et sauces). Donc, si c'est possible pour vous de cuisiner, n'hésiter pas à faire plutôt ça. Ça vous coûtera bien moins cher.

Le premier soir nous avons mangé au restaurant car nous n'avions pas trouvé le supermarché (un Coop que nous ne cherchions pas dans la bonne rue). A Venise, les cartes sont organisées en plusieurs parties : les entrées, le plat principal, les viandes et poissons et les desserts. Pour ma part, je me suis contentée du « plat principal » qui est toujours une assiette de pâtes ou de gnocchis, leurs assiettes sont bien remplies et pour ma part ça suffisait largement. Pour deux, nous en avions donc pour une 20aine/30aine d'euros, boisson comprise (idem pour le midi, si vous vous contentez d'une pizza ou d'un plat de pâtes basique).

Pour le midi, si vous n'avez pas peur de manger des pâtes et des pizzas toute la semaine, je vous conseille les parts de pizzas vendues à l'unité. Elles font la taille d'une moitié de pizza normale entière. La part coûte entre 2 et 3€ et le menu 5/6€. Le plan idéal pour économiser sur les repas de midi.


- Les différents quartiers : 

Il en existe six, toujours séparés par un canal. Lorsque vous passez d'un quartier à un autre, il est généralement indiqué, quelque part sur un mur dans quel quartier vous vous trouvez (mais pas sur chaque mur bien sûr). Les noms des rues et des places sont aussi bien souvent indiquées. Les quartiers sont donc Saint-Marc (le quartier central de Venise), Castello (le quartier vert), Cannaregio (qui porte un lourd passé avec le quartier du Ghetto), Santa Croce (par lequel vous arrivez puisqu'il est le quartier dans lequel se trouve la gare routière et la gare ferroviaire), San Polo (qui abrite l'un des ponts les plus célèbres de Venise) et enfin Dorsoduro

Le Grand Canal ne fait partie d'aucun quartier ou plutôt, il fait partie de tous les quartiers puisqu'il passe au milieu. Il nécessite une « visite » à part entière.

Vous trouverez également l'île de la Giudecca, qui fait partie du quartier de Dorsoduro et l'île San Giorgio Maggiore, qui bien qu'étant proche de la Giudecca fait partie du quartier de San Marco.

L'île du Lido ne fait partie d'aucun quartier, elle est une île à part entière.

 
- Coups de cœur (sans ordre de préférence): 

- La place St-Marc, quartier San Marco.

- La vue depuis le Campanile, quartier San Marco.

- L'île de Burano, toute petite conviviale, authentique.

- L'arrivée en avion : nous sommes arrivés en pleine journée à l'aéroport Marco Polo, j'ai été impressionnée par la vue que nous avions. De là-haut, nous pouvions distinguer des bouts de terre, immergés sous la mer. J'avais l'impression que chaque vague pouvais recouvrir les petites îles que nous voyions. Et pourtant, j'ai pu distinguer quelques maisons, des chemins, des bateaux. Mais c'était vraiment très beau. Alors, si jamais vous pouvez, mettez-vous pas trop loin des hublots, et tentez d'arriver avant la nuit.

- Les salles d'audiences du Palais des Doges, quartier San Marco.

- La vue depuis le Campanile de San Giorgio Maggiore : la vue sur Venise. L'eau verte turquoise de la mer, comme si de ce côté-là, tout était plus pur.

- Le Teatro de la Fenice, quartier San Marco.

- Le couché de soleil au bord du Grand Canal (quartier Castello, après la foule) ou celui du premier soir depuis le Lido. 

- Arsenale, dans le quartier Castello.

- La magnifique église du quartier de Dorsoduro dont j'ai oublié de noter le nom. 

- Le Campo San Giovani et Paolo et le Campo Santa Maria Formosa

- La parfumerie « The Merchant of Venise », j'en ai croisé deux, une sur Murano et une près de la gare à Venise. Cette parfumerie est une merveille, de la vitrine à l'intérieur (je n'ai pas osé rentrer avec ma tenue de touriste). « The merchant of Venise » est le titre une pièce de théâtre de Shakespeare.

- Le Vecchia Murano Glass Factory : où l'on a atterri par hasard. La quantité de verre présente là-dedans et la beauté de tout ce qui est exposée est à couper le souffle. Toutes les personnes travaillant là-dedans étaient en costumes, et je n'avais pas du tout la sensation d'être à ma place dans cette boutique. Mais, le coup d’œil vaut largement cette 30aine de minute de mal-aise. 

- L'intérieur de la Basilique St-Marc.

- Les gnocchis au saumon du restaurant « Da Giorgio », quartier Santa Croce.  


- Nos petits ratés de voyage : 

- Les retards et annulations de vols - mais finalement on a dormi dans un superbe hôtel à Genève. 

- Le Spritz ! J'en avais entendu parler sur tous les blogs ! Que c'était LA boisson vénitienne à ne pas louper et à goûter absolument. Bon, pour notre part, aucun de nous n'a terminé son verre.

- La scène de film d'horreur vue en pleine rue.  

- Se fier aux informations du Routard en matière de prix, d'entrées et d'horaires. 

- Ne pas avoir pu entrer dans le théâtre de la Fenice.

- Ne pas avoir pu voir le pont de l’Académie qui était en travaux (et qui l'est très très souvent visiblement).

- Être passés devant l’œuvre de Lorenzo Quinn (les fameuses sculptures de deux mains surgissant de l'eau et accrochant un bâtiment) pile au moment où ils venaient de les démonter...

- Prendre le vaporetto matin et soir alors que j'ai le mal de mer. 

 
- Est-ce qu'on se perd obligatoirement dans Venise ? 

Honnêtement ? Non (contrairement à tout ce que j'avais lu). Nous nous sommes perdus une seule fois, mais c'était juste parce que je nous avait mal placés sur la carte déjà à la base. La carte que nous avions achetée avec le guide de voyage était très claire (d'ailleurs, je me suis demandée comment ils avaient bien pu faire pour représenter toutes ces ruelles...). Nous nous sommes donc rarement perdus (sauf quand on passait plusieurs heures sans regarder la carte). Ceci dit, c'est en « se perdant » que l'on accède à la Venise un peu plus secrète. Loin des touristes, loin du bruit, loin de tout. 

 
- En résumé :
Je ne suis pas revenue avec des étoiles dans les yeux. Venise est admirable, elle regorge de merveilles architecturales et le fait que la ville soit entièrement piétonne est si agréable. Mais voilà, à part les coups de cœur dont je vous ai parlé, je ne suis pas du tout « tombée amoureuse » de Venise. Ce n'est pas une destination où je retournerai si j'en avais l'occasion.

PS : vue d'en haut - sur une carte, Venise à la forme d'un poisson. Cette « île » compte en réalité 124 petites îles reliées par 438 ponts passant au-dessus de 183 canaux

Je vous donne rendez-vous lundi prochain pour visiter Venise, quartiers par quartiers, en photos !! 

* Cet article contient un lien d'affiliation vers Amazon pour le Guide du Routard.

Petits Mots

  1. J'ai un souvenir émerveillé de Venise. Dans un premier temps j'avais la sensation d'avoir atterrie dans un décor de film en carton pâte, sauf qu'il était bien réel. Malgré le tourisme de masse, l'aqua alta qui fait qu'on s'était retrouvé les pieds dans l'eau (mais bien moins pire que cette année il faut dire), les prix excessifs dans tous les sens.. j'en garde tout de même un excellent souvenir ! Mais je comprends que tu ne sois pas tombée amoureuse.
    J'espère en tout cas que cette ville sera protégée bien plus qu'elle ne l'est du tourisme de masse et des bateaux de croisières qui s'amarrent n'importe où, de la taille d'immenses immeubles..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vraiment aimé parcourir la ville, l'architecture est si belle. Mais effectivement, je n'ai pas été totalement charmée. :) Je comprends aussi très bien que l'on puisse tomber en amour de Venise, tout ressenti dépend de tellement de choses ! :D
      Oui, c'est vrai qu'elle n'est vraiment pas bien protégée des bateaux qui arrivent. Elle est si proche de l'eau en terme de hauteur entre le sol et le haut de la mer. Et ces grands bateaux, on en a vu quand même pas mal quand on y était, je ne comprends pas qu'ils autorisent ça. D'un autre côté, quand on voit l'état de la ville, on comprend qu'il y ai besoin d'argent...

      Supprimer