Que faites-vous, à votre échelle, pour sauver le monde ?

14 juin 2018


« Que faites-vous, à votre échelle, pour sauver le monde ? » J'ai entendu cette phrase l'autre matin, à la radio (si vous écoutez NRJ vous l'aurez entendue aussi). La réponse m'est apparue comme une évidence « Je travaille auprès des enfants ». Vous allez me dire, en quoi le fait de travailler avec des enfants fait que nous sauvons le monde ? J'ai la naïveté de croire que nous aidons les adultes de demain, à une échelle bien plus importante que le parcours scolaire ou tout autre enseignement arrivant plus tard, à devenir qui ils seront. 

Je crois qu'en leur apportant la bienveillance et la bientraitance qu'ils méritent, nous leur aurons donné les bases et la manière d'agir qui leur ouvrirons les portes de quelque chose de plus grand. Nous, qui travaillons auprès des enfants, qui les élevons (dans le sens de « porter plus haut »), qui les laissons vivre, découvrir, faire leurs propres expériences. Nous qui les laissons grandir en étant qui ils sont, qui ne cherchons pas à leur enseigner une seule manière de voir les choses, une seule manière d'aboutir au résultat qu'ils recherchent : peu importe, qu'ils arrivent à s'asseoir sur une chaise en posant leurs fesses dessus en premier ou qu'ils montent d'abord debout dessus avant de se laisser glisser, l'essentiel étant qu'ils soient finalement assis. 

Nos projets éducatif, nos méthodes d'apprentissages qui s'appuient sur les recherches, les neurosciences et qui nous aiguillent au mieux dans notre manière d'aborder les choses. Certes, c'est contraignant, parfois même, cela nous enlève le naturel qui nous habite tous. Ces recherches qui nous-même nous mettent face à la manière dont nous avons été élevé, les gestes, les mots, qui nous font prendre conscience que rien n'est finalement « normal » dans ce qu'il se passait à notre époque et nous font tout remettre en question tout en n'en voulant pas à ce qui était dans le passé (chacun fait avec ce qu'il sait à son époque, dans quelques années, ils se demanderont sûrement pourquoi nous faisions ce que nous faisons).

Je crois que nous exerçons, non, nous exerçons un métier merveilleux. Un métier qui nous met chaque jour face à de nouvelles situations, un métier qui demande une force d'adaptation aussi vaste qu'il y a d'enfants, un métier qui nous pousse à la remise en question constante et qui nous oblige à ouvrir les yeux sur les choses positives ou négatives que nous transmettons - parce qu'il n'y a pas que nous en jeu, il y a aussi ces petits êtres éponges, qui absorbent et copient le moindre de nos faits et gestes et nous renvoient parfois ces paroles ou ces gestes, bons ou mauvais, que nous faisons consciemment ou inconsciemment. 

Alors, à vous qui avaient encore l'espoir de voir les choses changer, à vous qui êtes conscientes que nous exerçons un métier fabuleux, à vous qui arrivez encore à trouver du merveilleux dans ce monde à travers les yeux de ces êtres qui ne voient que le beau du monde et s’accommodent avec une facilité inouïe du reste, n'oubliez pas que vous changez le monde, petit être par petit être en leur apportant toute la bienveillance et les expériences dont il aura besoin pour grandir.

Et vous, que faites-vous à votre échelle pour sauver le monde ?

Envoyer un petit mot :